Première étape, Las Vegas : Sin City !

Après un paisible vol de 12 heures (Air Tahiti Nui), nous arrivâmes enfin dans le gigantesque aéroport de LAX, à Los Angeles. Malgré une interminable attente, une fois notre valise récupérée, pour sortir de l’aéroport … nous arrivons enfin à passer la douane et à nous diriger en courant vers le Terminal 3 afin d’embarquer sur le vol intérieur LAX > LAS opéré par Southwest Airlines. Nous avons bien cru arriver trop tard et imaginions déjà les plans de repli sur un vol ultérieur … mais « coup de chance » en visualisant l’acronyme « DLYED » sur la ligne du vol 1212 : en effet, notre avion qui provenait de Chicago avait pris du retard, sans doute à cause de la neige qui tombait sur la côte est.

On ressort donc du terminal pour descendre quelques cafés, et nous dégourdir un peu les jambes … Il fait doux, on a un peu de temps devant nous … la nuit tombe doucement … et nous embarquons enfin à bord d’un petit Boeing bleu et rouge de la Southwest. Cabine sympa (design 2012), personnel souriant et détendu. Le pilote lance un « Let’s get out of here« , en faisant son virage vers la piste, plein gaz. Wifi à bord de l’avion permettant de suivre l’itinéraire, et un peu plus d’une heure plus tard, atterrissage tonique sur l’une des pistes du célèbre Mc Carran Airport de Vegas. (38 Millions de voyageurs par an … et le premier au monde a avoir utilisé la techno RFID afin de tagguer les bagages).

Gil Grissom n’ayant pu venir nous chercher à l’aéroport, nous nous sommes rabattus vers les navettes Showtime en direction de notre Château …

Du bleu, du blanc, du rouge, de la moquette épaisse, de la fumée, de l’alcool, et des millions de lumières : pas de doute, nous étions bel et bien arrivés à l’Excalibur ! Traversée du casino valise à la main pour enfin atteindre la réception, et faire notre première carte bleue pour 3 nuits.

Décalage horaire faisant, notre premier réveil fut fort matinal … Mais contrairement aux habitués des casinos, qui sont déjà absorbés par les machines à sous dès les premières heures du jour, cocktails en main, cigar(ettes) au bec … nous nous refusons à perdre nos billets verts dans le « gambling« . Nous préférons alors que nos premiers billets partent en fumée, et en plomb ! Après une première traversée du Strip du sud vers le nord, nous arrivons non pas au MGM, mais au MGV !

MGV, pour Machine Gun Vegas, un excellent stand de tir où le plus dur est de choisir « sa classe » (les amateurs de COD comprendront …). Au menu, M4, Scar, Desert Eagle, Colt 45 … Nous nous contentons simplement d’un Glock 17 9mm en entrée, puis d’un « petit » H&K MP5 chambré en 9mm mode Full Auto en plat de résistance. Nous nous fixons nos objectifs et les atteignons sans trop de difficulté :

  • Aurélien : « Save the cheerleader, Save the world » (preneur d’otage criblé, otage blonde épargnée !)
  • Anne-Laure : Headshot en full auto dans le célèbre ex-« Most Wanted Men », à savoir « UBL », Ussama Bin Laden

Une expérience à la fois abordable, et riche en sensations fortes !





Puis le Strip du Nord au Sud, du Sud au Nord, et vice et versa … New York New York, le MGM, le Bellagio et ses fontaines musicales, le Venitian et ses gondoles … Nous finirons tout de même par jouer quelques dollars dans des machines à 2 cents … histoire de faire durer un peu le plaisir 😉

Méga ambiance au Coyote Ugly de NY NY … et vagabondage sur le strip « comme tout le monde » la bière à la main le soir, et au rhum smoothie le jour ! Nous nous attendions à des températures fraîches, mais en réalité, il fait beau, il fait chaud, il fait soif derrière nos lunettes de soleil !

Las Vegas, c’est donc la capitale mondiale de l’entertainment, du jeu, du sexe … mais aussi et surtout le point de départ idéal pour accéder à la plus merveilleuse attraction naturelle du Grand Ouest Américain … le Grand Canyon !

4 Responses

  1. francois says:

    Il vous manque quand même les photos du strip de nuit. Ca déchire !

  2. francois says:

    Oh, j’oubliais, elle est terrible, l’attente à LAX, hein 🙂

    • oreo says:

      clair … le stress ! on s’est dit : ok, le programme millimétré va partir en sucette dès le premier transit … et puis en fait, 2 km de file d’attente aux states au final ça va aussi vite que 10 m chez nous 😉